Marque-page

Métaux critiques, charbon, gaz, pétrole : nous entrons dans les récifs

https://www.lemonde.fr/blog/petrole/2021/10/12/metaux-critiques-charbon-gaz-petrole-nous-entrons-dans-les-recifs/

Il paraît de plus en plus évident que le monde que nous avons connu, ne peut pas perdurer sans nous être fatal. Les faits et les données s'accumulent!

C'est un long article, je mets les passages qui m'ont interpelés ici:

Le pétrole

Le montant des réserves « 2P » dites « prouvées et probables », que les pétroliers considèrent comme le plus fidèle reflet de l’état du stock global de brut, décline depuis le milieu des années 1980, c’est-à-dire depuis que les découvertes annuelles de pétrole conventionnel sont systématiquement inférieures aux extractions de pétrole : depuis que l’on vide la baignoire plus vite qu’on ne la remplit.

[…]

si rien n’est fait, l’Europe risque fortement de manquer de pétrole au cours des années qui viennent, et à coup sûr au cours des années 2030

Le gaz naturel

En résumé : une demande en essor systématique à cause de la sortie du charbon et du développement des renouvelables intermittents, et en face une production domestique en déclin irréparable.

[…]

Plus profondément, cette prise en ciseau entre hausse des besoins et épuisement de la production domestique risque de continuer d’aggraver l’effondrement des activités industrielles européennes qui réclament le plus d’énergie.

Le Charbon

Mais en Chine, la demande de gaz naturel est d’autant plus forte que l’économie chinoise peine à redémarrer ses centrales à charbon. Au point que Pékin impose depuis plusieurs jours l’arrêt pur et simple de très nombreuses usines, ainsi que des coupures de courant affectant des centaines de millions de personnes. Pour l’heure, 20 provinces chinoises sur 31 ont fait état de coupures. Avec l’approche de l’hiver, la situation peut aisément prendre une tournure critique.

En cause : des difficultés endémiques entravant la relance des carrières et des mines de charbon.

[…]

La dernière tendance à laquelle faisait référence David Fridley, l’évolution de l’EROI du charbon chinois (Energy return on investment, c’est-à-dire la quantité d’énergie à investir pour extraire une quantité d’énergie) paraît particulièrement symptomatique.

[…]

A rebours et incidemment, il apparaît plausible que les limites géologiques aperçues soient un aiguillon plus important et plus ancien que le climat pour nombre d’Etats et de géants industriels, dans l’évolution de leur stratégie de transition énergétique et/ou de puissance. Remarque déjà faite il y a longtemps sur ce blog : du côté des pétroliers occidentaux, l’enjeu climatique peut parfois sembler être un cache-misère devant leurs difficultés croissantes à trouver de nouvelles sources intactes et économiquement exploitables de pétrole. Dans un autre registre, pour le pouvoir en place à Pékin, à Moscou ou bien à Washington, les logiques foncières de puissance ont historiquement trait avant tout à la capacité à disposer de ressources adéquates en énergie pour effectuer ladite puissance, dans ses dimensions économiques, politiques, voire militaire. Dans les faits, la question du climat vient après, si elle vient…

[…]

Que le phénomène soit essentiellement conjoncturel, provoqué par la brutalité de la reprise post-covid, ou bien qu’il manifeste, à la lettre, des limites plus profondes, la crise énergétique que connaît la Chine affecte de façon sévère les chaînes d’approvisionnement de firmes telles qu’Apple ou Tesla.

Encore plus significatif, peut-être : les prix du silicium, utilisé pour fabriquer les panneaux solaires photovoltaïques, ont triplé depuis le début du mois d’août, après que la province du Yunnan, centre majeur de fabrication, a ordonné une réduction drastique de sa production (90 % par rapport au moins d’août), officiellement au nom de ses efforts pour atteindre ses objectifs d’intensité énergétique. Si l’impact sur le coût total de fabrication des panneaux photovoltaïques sera plus restreint, il n’en devrait pas moins être significatif. Un analyste cité par l’agence Bloomberg évoque un prix passant de 1,8 à 2 yuans par watt, soit une hausse de l’ordre de 10 %.

[…]

dans un monde bas-carbone, quel peut être le coût et la disponibilité du solaire (et à tout prendre, de toute autre technologie de substitution aux énergies fossiles, même si c’est bien le photovoltaïque qui semble tout particulièrement vulnérable) ?

La réponse, en tendance, semble évidente : tout sera plus compliqué, donc plus cher et, surtout, plus contraint, en premier chef pour les systèmes techniques les plus voraces en matières et donc en capitaux.

Minerais et métaux critiques

La transition énergétique promet (menace ?) de passer de dépendances aux énergies fossiles à des dépendances à un certain nombre de minéraux et métaux particulièrement indispensables, de manière plus ou moins critique en fonction des choix techniques et organisationnels qui seront retenus dans des politiques de transition… qui restent pour l’essentiel inarticulées, nébuleuses ou contradictoires, en Chine, en France, en Allemagne, aux Etats-Unis et ailleurs.

Disponibilité future de cobalt, de nickel, de lithium, de terres rares, de cuivre : autant de récif potentiels sur la voie périlleuse de la transition. Les capacités futures de développement de la production de ces métaux sont largement incertaines, et même inconnues.

[…]

Chaque technologie requise dans la plupart des scénarios de transition promet de réclamer des développements miniers et industriels énormes et contrastés.

[…]

L’hypothétique multiplication des besoins pour répondre à la demande induite par le développement mondial des technologies que l’AIE définit comme « propres » (clean energy technologies) apparaît vertigineuse.

Conclusion

Nous tablons sur une sobriété systémique : non pas une sobriété qui demanderait à ceux qui n’ont rien ou pas grand chose de se serrer la ceinture, mais une réorganisation des grands organes vitaux de la société permettant à ces organes (agriculture, industries, transports, bâtiment, santé, culture, administration publique, etc.) de devenir beaucoup plus sobres en énergie et en matière, mais sans doute pas – par conséquent ! – en emploi…

[…]

Nous proposons de miser résolument sur une sobriété matérielle du système socio-économique dans son ensemble, et à cette fin, sur une réindustrialisation de la France limitée aux fonctions pertinentes. Pour ce faire, il nous faudra disposer sans doute d’un peu plus d’électricité décarbonée qu’aujourd’hui, ce qui ne peut être accompli à nos yeux sans le maintien d’une industrie nucléaire puissante et fiable, capable à terme d’évoluer à nouveau.