Madeleine et ses vêtements

Ma fille de 4 ans aime choisir ses vêtements, et ce, depuis très longtemps. Elle sait très bien ce qu'elle veut porter (et c'est très bien ainsi), mais ce n'est pas toujours approprié pour la température ou le contexte de la journée.

Quand nous, ses parents, interférons dans ce processus matinal, il s'en suit parfois une colère de sa part; elle peut s'en prendre à des objets ou à nous, le tout bien sûr accompagné de cris et de pleurent.

À cet âge, les enfants (comme plusieurs adultes) n'ont pas encore appris à contrôler et verbaliser leurs frustrations; ils se laissent donc submerger par celles-ci et les expriment autrement que par la parôle.

Comme parents, nous pouvons nous laisser entraîner par se torrent d'émotions en devenant antagoniste et autoritaire face à cette situation. L'autre option qui, est bien entendu, la plus formatrice pour les deux camps, est celle de l'empathie et de la bienveillance.

C'est également la plus difficle. Il faut parallèlement travailler sur nous-même et remettre en question notre propre éducation; en temps réel, se tourner vers soi, observer comment nous réagissons face à cet événement et s'en détacher, laisser de coté notre égo, qui lui, a probablement le désir de dominer la situation…

La parentalité c'est un peu plonger dans son histoire: c'est voir en nous nos parents, et c'est percevoir notre reflet en nos enfants; c'est être confronté aux réalités biologiques, psycologiques (spirituelles) et sociétales de son époque.